« Je ne suis pas un nuisible »: les renards de Rose Delhaye

Je ne suis pas un nuisible - Renards
Square des Héros à Uccle par Rose Delhaye © Florence L.

Vous avez certainement déjà croisé ces charmants renards ! Ils s’affichent en effet sur les bornes électriques de plusieurs communes de Bruxelles. Aujourd’hui, nous vous emmenons à la rencontre de Rose Delhaye, l’artiste qui leur donne vie.

Peindre des renards dans leur habitat

Originaire de Tournai, Rose Delhaye est installée à Bruxelles depuis 5 ans. Fin 2017, elle commence à peindre ses renards sur des bornes électriques à Forest et Uccle. Depuis, ils se font également remarquer à Ixelles et à Woluwe-Saint-Lambert. Aujourd’hui, ce sont en tout plus de 50 goupils qui déambulent sur les trottoirs de la capitale.

Pourquoi des renards ? Tout simplement parce qu’ils sont ici dans leur habitat. C’est aussi pour cela que j’ai choisi de les peindre sur ces bornes, en mouvement, comme si ils se promenaient dans la rue. Pour cela, j’ai demandé une autorisation à Sibelga afin de pouvoir utiliser les bornes électriques comme support en toute légalité.

Je ne suis pas un nuisible !

Renards à Bruxelles
Je ne suis pas un nuisible par Rose Delhaye © Florence L.

Pourquoi cet unique slogan ? Aujourd’hui en Belgique, en dehors de Bruxelles où ils sont protégés, les renards sont traqués et abattus. En effet, la législation permet de les chasser toute l’année, même en période de reproduction. Le renard a malheureusement mauvaise réputation : de mangeur poules, de lapins ou de lièvres, alors qu’en réalité il s’attaque plutôt aux rongeurs. Et s’il est effectivement parfois porteur d’une maladie parasitaire appelée l’échinococcose, ce n’est pas le cas des renards qui vivent à Bruxelles.

Des fresques réalisées au pinceau

Renards je ne suis pas un nuisible
Renards sur l\’hippodrome de Boisfort par Rose Delhaye © Florence L.

En combien de temps peignez-vous vos renards ? Pour réaliser ces fresques, j’utilise de la peinture à l’huile et des pinceaux, et je travaille en suivant d’anciennes méthodes de peinture. Contrairement à de nombreux street-artistes, je ne peins pas à la bombe. Celles-ci ne sont en effet pas très écologiques, ce qui serait donc contradictoire avec le message que je souhaite véhiculer. Je n’utilise pas non plus de pochoirs. En moyenne, je mets 3-4 heures pour chaque réalisation.

Comment réagissent les passants quand ils vous voient peindre ? Pour un peintre qui passe souvent des heures seul devant sa toile, le contact et les échanges avec les passants sont tout à fait dépaysants. De plus, l’accueil est souvent très positif et ces encouragements me donnent envie de décorer encore plus de bornes. Car je ne suis pas rémunérée pour réaliser ces fresques. Seules les communes d’Uccle et de Woluwe-Saint-Lambert financent le matériel utilisé.

De nombreux projets avec les renards

Avez-vous d’autres projets de street-art en dehors des bornes Sibelga ? Oui, mes renards commencent à m’apporter une belle visibilité et j’ai déjà des commandes pour des réalisations chez des particuliers, sur une porte de garage et même dans d’autres villes. Et la photo d’une de mes bornes sera bientôt dans un livre pour enfants « Regarde le renard qui passe !« .

Autres œuvres de Rose Delhaye

Rose Delhaye baleine
Rose Delhaye et ses tableaux sur les baleines © Florence L.

Si Rose Delhaye peint uniquement ses renards dans la rue, elle reproduit également d’autres animaux sur toiles. Baleines, requins, ou pieuvres peuplent ses tableaux, tout en transmettant de subtils messages. Car l’artiste souhaite aussi défendre ses valeurs éthiques à travers sa peinture.

Jusqu’à la fin du mois de novembre, Rose Delhaye expose quelques-unes de ses œuvres dans la banque privée Stevens & de Munter (Avenue Franklin Roosevelt, 142). Visites en semaine sur rendez-vous au 0472 59 83 11.

Florence L.

1 Commentaire
Laisser un commentaire