La savoureuse histoire des chocolats belges

Vrais chocolats belges
Chocolats belges © Florence L.

La réputation des chocolats belges n’est bien sûr plus à faire. Et à Bruxelles, vous n’aurez que l’embarras du choix pour déguster les fameuses pralines, ou chocolats belges. Mais savez-vous comment furent créés les premiers chocolats de Belgique ?

Origine des chocolats belges

Ancienne capitale des Pays Bas espagnols, Bruxelles, ainsi qu’une grande partie des territoires qui forment aujourd’hui la Belgique, eurent la chance d’être approvisionnés dès le XVIIe en chocolat. Et c’est même en 1840 à Anvers que la compagnie Berwaerts créa la première tablette de chocolat.

En 1857, Jean Neuhaus, un pharmacien bruxellois dont l’officine se situait dans les galeries Saint Hubert, eu tout d’abord l’idée de recouvrir ses médicaments de chocolat, pour les rendre plus appétissants.

Puis en 1912, son petit-fils, passionné par le chocolat, prépara les premiers chocolats fourrés. C’était au départ une simple base de sucre et crème fraîche enrobée de chocolat : les pralines étaient nées. Et quelques années plus tard, sa femme eût finalement l’idée de présenter les chocolats dans des petites boites fermées par un ruban : des ballotins.

C’est à partir de cette époque que la réputation des chocolats belges commença à faire le tour du monde.

Où trouver les meilleurs chocolats belges à Bruxelles ?

Nous vous présentons quelques-uns des plus grands chocolatiers belges.

Neuhaus, là où tout a commencé

Neuhaus Bruxelles chocolats
Neuhaus Galeries Royales ©Florence L.

La réputation de Neuhaus n’est bien sûr plus à faire, et vous pourrez même acheter vos chocolats là où tout a commencé, dans leur magasin des galeries Saint Hubert. Ce n’est bien sûr pas le seul magasin de la capitale puisque qu’il existe pas moins de 29 magasins Neuhaus à Bruxelles.

Vous y trouverez des ballotins de différentes tailles au prix de 72€ le kilo, tout plein d’assortiments de pralines, carrés de chocolat, et bien sûr un immense choix pour des événements spéciaux. Petite astuce si vous êtes véhiculé : il existe un magasin d’usine un peu en dehors de Bruxelles, à Vlezenbeek, Postweg 2. Vous pourrez ainsi vous faire plaisir tout en dépensant moins.

Pierre Marcolini, celui qui torréfie lui-même ses fèves

Ce grand chocolatier est pourtant l’un des plus récemment installé à Bruxelles puisqu’il créa son entreprise en 1994. C’est en visitant les atelier du chocolatier français Maurice Bernachon qu’il eût l’idée de torréfier lui-même ses fèves. Sacré champion du monde de pâtisserie en 1995,  il travaille ses chocolats comme des mini oeuvres d’art, alliant goût et esthétique.

Vendus environ 150€ le kilo, ses chocolats sont considérés par beaucoup comme de véritables produits de luxe. A Bruxelles, vous pourrez les acheter dans un des 10 magasins Marcolini. Etant au départ pâtissier, il propose également des biscuits, glaces, macarons, mini-éclairs et autres irrésistibles douceurs.

Corné Port-Royal, le créateur du “Manon sucre”

En 1932, un jeune pâtissier du nom de Maurice Corné décida de lancer une boutique de chocolats dans le centre de Bruxelles. Le succès fut immédiat. En 1935, il eu la géniale idée de créer une praline à base de crème fraiche, nougatine et cerneau de noix. Le Manon sucre était né ! Aujourd’hui repris par de nombreux chocolatiers belges, il fait toujours le succès de son créateur.

Vous pourrez vous procurer sa fameuse praline ainsi que tout un assortiment de chocolats à un prix moyen de 50€ le kilo. A Bruxelles, retrouvez ses produits dans les galeries Saint Hubert, ainsi que dans les 4 autres boutiques Corné Port-Royal.

Godiva, le chocolat qui doit son nom à une légende

Fraises au chocolat godiva
Fraises au chocolat ©Florence L.

En 1926, Pierre Draps se lança dans la fabrication de chocolat dans la maison familiale. Puis l’entreprise se développa avec ses 4 enfants. Touchés par la légende de Lady Godiva (comtesse de Coventry qui, furieuse de voir son mari augmenter les impôts, aurait traversé la ville à cheval, entièrement nue), la famille décida de nommer la société en son honneur. En 1946, le fils du fondateur créa une mousse au chocolat noir enrobée d’une couche de chocolat noir et roulée dans de la poudre de cacao. La truffe en chocolat était née. Aujourd’hui, cette pièce est devenue l’icône de la marque. Toutefois, ces dernières années, ce sont les fameuses fraises au chocolat qui semblent lui voler le devant de la vitrine.

Vous trouverez leurs fameuses truffes ainsi que les autres produits dans une des 5 boutiques Godiva de la capitale. Les prix varient entre 70 et 120€ le kilo. Et bonne nouvelle, vous pourrez aussi les acquérir dans leur magasin d’usine avenue de Jette, 4.

Les autres grands chocolatiers

Parce que nous n’avons malheureusement pas assez d’un article pour citer tous les grands chocolatiers, voici quelques unes des autres boutiques que vous pourrez trouver à Bruxelles :

  • Galler, célèbre pour ses bâtons de chocolat
  • Wittamer, le chocolatier du Grand Sablon
  • Elisabeth, des chocolats mais aussi plein d’autres gourmandises
  • Mary Delluc, maison fondée à Bruxelles en 1919
  • Zaabär, le chocolatier-épicier
  • Leonidas, le chocolat belge aux racines grecques
  • Patrick Roger, le chocolatier sculpteur français

Le salon du chocolat de Bruxelles

Tous les ans au début du mois de mars le Salon du Chocolat se tient à Tour & Taxis. C’est le grand rendez-vous de l’année pour tous les gourmands.  Nous ne manquerons bien sûr pas de vous communiquer les dates du prochain événement dans notre Agenda de Bruxelles.

Florence L.

Laisser un commentaire